ActualitéIci Les Cités

Commémoration : la ville de Douala rend hommage au nationaliste Rudolf Douala Manga Bell, pendu il y a 105 ans par les colons allemands

0

La capitale économique consacre une semaine d’hommage à ce héros national de l’indépendance du Cameroun, pendu le 8 août 1914.

Prosternation devant le drapeau de la nation, dépôt d’une gerbe de fleurs, hommage en chansons des marins. C’est le rituel accompli le 3 août 2020 par le gouverneur du Littoral. Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, lancait ainsi la semaine des commémorations de la mort du roi Bell, Rudolf Manga Bell. Le même rituel a été accompli par Dr Roger Mbassa Ndine qui a tenu à saluer la mémoire de l’illustre disparu.

« Nous savons tous que la République a fait du roi Bell, Rudolf Douala Manga Bell, un héros national. C’est à ce titre que nous venons nous incliner dans ce lieu mythique pour rappeler aux uns et autres que le Cameroun a une histoire. Le combat de résistance et les défis que nous pouvons avoir aujourd’hui ne doivent pas nous empêcher d’avancer », a témoigné le maire de Douala.

Pour la 105ème édition du Tet’Ekombo (patriarche, homme de grande sagesse en Duala) qui se déroule du 3 au 8 août 2020, les organisateurs l’ont voulu particulière du fait des mesures barrières imposées par le coronavirus. Raison pour laquelle ils l’ont étendu sur une semaine pour éviter les attroupements. Le comité d’organisation confie qu’il a voulu associer tous les Doualais pour qu’ils puissent commémorer cet évènement spécial. Les commémorations se poursuivent tout au long de la semaine avec l’hommage des chefferies, des Doualais et des personnalités. Elles culmineront le 8 août 2020, jour de la pendaison de Rudolph Douala Manga.

Né en 1872 à Cameroontown (ancienne appellation de la ville de Douala), Rudolf Douala Manga Bell fût parmi les hommes les plus illustres du Cameroun. Il s’était opposé à la main mise allemande sur la ville de Douala. Depuis 1884, les chefs Duala, Dicka Mpondo (King Akwa) en tête, ont signé le traité de protectorat germano-duala, qui place le Cameroun sous la protection de l’Allemagne. Cameroontown devient Kamerunstadt. En 1891, à l’âge de 19 ans, après avoir fait son école primaire et une partie du secondaire à Douala, Douala Manga est envoyé en Allemagne pour y continuer ses études.

Après ses études en 1896, il rentre à Kamerunstadt (Douala). En 1908, suite à la mort de son père, Rudolf Douala Manga est intronisé chef supérieur du clan des Bell. En 1910, les colons allemands au Cameroun soutiennent un projet d’urbanisation et prévoient pour cela d’exproprier les Duala de leur lieu d’habitation traditionnel. Rudolf Douala Manga va s’opposer à ce projet qu’il qualifie de « projet d’apartheid ». En 1913, malgré les protestations de Douala Manga et des habitants du plateau Joss (Bonanjo) clan Bell, ceux ci sont notifiés par décret de leur expropriation.

Douala Manga fait alors savoir aux allemands que le traité de 1884 ne prévoit pas l’expropriation des autochtones de leur lieu d’habitation. La tension s’accroît entre les populations locales et les autorités coloniales allemandes. Le 4 Août, Douala Manga est relevé de ses fonctions de chef supérieur. Pour contrer les manœuvres dilatoires des autorités coloniales locales, Douala Manga Bell dépêche alors son secrétaire Ngosso Din en Allemagne. La mission de ce dernier est de susciter en Allemagne un mouvement de solidarité en faveur des autochtones qui refusent toujours l’expropriation.

Douala Manga Bell entre en contact avec certains chefs de l’intérieur du pays notamment les chefs de Yabassi, Yaoundé, Dschang, Banyo, Ngaoundéré, Bali, Baham et le roi des Bamoun. Il demande leur appui dans le conflit qui l’oppose avec les autorités coloniales allemandes. Informé des contacts pris par Douala Manga avec les chefs supérieurs de l’intérieur pour le soutenir dans sa lutte, l’Allemagne ordonne son arrestation et celle de son secrétaire Ngosso Din, sous l’inculpation de haute trahison. Les partisans de Douala Manga Bell, de Ngosso Din et leurs proches parents sont tous arrêtés en Juillet 1914, enchaînés et jetés en prison. Après une instruction rapide, Douala Manga Bell et Ngosso Din sont jugés, condamnés à mort puis exécutés par pendaison le 8 Août 1914.

Décentralisation : les chefs traditionnels Sawa du Wouri exigent plus de pouvoirs pour le développement de leur région

Previous article

A NATIVE BAPTIST CHURCH : la Justice déclare la nouvelle direction illégitime et illégale

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

More in Actualité