Actualité

Coupure d’électricité : Eneo nargue les usagers.

0

Plusieurs quartiers de la ville de Douala ont été délestés de la lumière ce weekend plongeant les populations dans le noir des jours durant sans aucune information de l’entreprise.

C’est un calvaire que les populations de Bonabéri côté Lycée et ses environs et celles de Bonapriso ont vécu ce weekend de la mi-mars à Douala. A l’origine de cette torture, les coupures d’électricité intervenues des journées entières dans ces parties de la ville. Si à Bonapriso, cela a duré une journée, du côté de Bonabéri, les populations ont souffert pendant deux jours du manque d’énergie électrique. Les nerfs sont à fleur de peau chez de nombreux habitants de ces quartiers.

Beaucoup ne comprennent pas qu’après une vingtaine d’années de privatisation faite de promesses d’amélioration de la qualité de service et d’offre en électricité, qu’on en soit toujours là. « C’est une honte pour notre pays », s’exclame Eric Boum, habitant de Bonabéri, buste dénudé, se ventilant avec son tee-shirt pour se donner un peu d’air frais en pleine canicule au milieu des siens en mi-journée de ce samedi 13 mars, deuxième jour de coupure. La colère est perceptible.

Elle est encore plus par manque d’information de la part de l’entreprise. « Pas
moyen de s’organiser en conséquence. Non seulement, on ne se sait quand on coupe mais aussi quand on rétabli le courant »,souligne Béatrice, propriétaire d’une poissonnerie du côté de Bonabéri, qui a vu une partie de sa marchandise abîmée du fait de l’absence d’électricité.

Pourtant, dans le site de Eneo Cameroun, il est précisé qu’ « en cas d’interruption de la fourniture d’énergie l’entreprise est tenue d’en informer préalablement ses clients concernés par voie de presse dans un délai d’au moins 72 heures ». Ce qui n’a pas été le cas. Les populations sont surprises dans leur sommeil et en pleine activité, obligées par devers tout d’interrompre leur repos et travail. d’énormes préjudices et manque à gagner pour ces habitants et commerçants que Eneo ne saurait tenir compte lors des paiements des factures.

« Regardez vous-mêmes les ateliers de couture, de soudure et le nombre de boutiques qui sont contraints de fermer. Vous imaginez s’ils ont des commandes à livrer ce jour ? », questionne notre
interlocutrice.

Du côté de l’entreprise, on peine à donner des explications à ce manquement au devoir d’informer. Par ailleurs, on est loin de s’intéresser sur les pertes engendrées par ces coupures .

La lumière rétablie, la vie continue comme si de rien n’était. La pression continue à être    maintenue comme d’habitude sur les clients pour régler leur facture brandissant comme menace les pénalités(frais en plus à payer) et coupures en cas de non-respect des délais. Pareil quand cette entreprise décide d’augmenter le prix du kilowatt sans en informer les concernés qui le constatent juste à la réception de la facture.

Une attitude arrogante et tripoteuse d’Eneo Cameroun à l’endroit de sa clientèle faisant partie des tares des entreprises en situation de monopole couvant en même temps une potentielle révolte des usagers pour quand? on ne saurait le dire,ce qui est certain,c’est que çà grogne dans les cœurs.

Douala La C.u.d soutien l’entrepreneuriat féminin

Previous article

ENTREPREUNARIAT FEMININ: 400 femmes à former chaque année à Douala

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

More in Actualité