ActualitéIci Les CitésSanté

COVID-19 : entre chômage technique, baisse de salaire et licenciements

0

La pandémie de covid-19 ne fait pas de cadeau aux entreprises  Camerounaises. Selon le Groupement Inter-patronal du Cameroun (GICAM) 96% des entreprises sont négativement affectées par cette crise sanitaire. Une situation d’urgence qui étouffe leur productivité.

Selon DATA CAMEROON, 53 346 employés permanents ont été envoyés en chômage technique. Assistant impuissant à la progression de la maladie, plusieurs entreprises ne peuvent maintenir une productivité continue. La solution idoine en cette période est d’employer le moins de personnes possible. D’une entreprise à une autre l’impact de la pandémie est mesuré différemment.

Selon la même source, les secteurs les plus touchés par cette crise sont ceux de l’hébergement (88,90%), de l’industrie alimentaire (80,00%), des finances et assurances (71,40%), et de l’informatique et Télécommunication (70,00%) Les entreprises doivent faire face à des obligations d’ajustement qui sont non sans conséquences sur l’emploi de leurs salariés. Dans le premier cas, le caractère de l’altérité dans l’exécution des services est un possible facteur de prolifération de la maladie. Le ralentissement des activités encouragé par un ensemble de mesures prescrites a un impact direct sur le salaire des employés. Plusieurs ont revus ainsi leur rémunération mensuelle à la baisse. Pour d’autres, l’impact est plus drastique.

Au Cameroun c’est 13 834 employés licenciés à la fin du mois de Juin 2020. La raison de telles mesures de licenciement est justifiée par la crise sanitaire. Maintenir les emplois en cette période est une équation difficile à résoudre pour bon nombre d’entreprises et PME au Cameroun. Ce sont de nombreuses carrières et vies professionnelles qui se retrouvent impactées par cette pandémie. Plus encore, cette pandémie a un impact direct sur la qualité de vie des individus. Les moyens de riposte pour amortir l’impact de cette pandémie au Cameroun ne sont pas jugés satisfaisants pour certaines entreprises. Une concertation récente initiée par le GICAM attend le soutien du gouvernement pour éviter l’asphyxie financière des entreprises.

Vallée du NTEM : les promesses de la discorde

Previous article

Vallée du NTEM : Dans la vallée du brouillard

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

More in Actualité