culture

CULTURE : MANGANDO VISITE LES US ET COUTUMES SAWA A TRAVERS LA DANSE

0

Une chorégraphie originale, « une représentation réussie »,   un beau spectacle qui ramène à l’esprit    des souvenirs qu’on croyait effacés puis  un public totalement conquis.  Sur la place   mythique  de Bessèkè, le moment  était magnifique  ce premier  jour du mois de décembre.

Pendant près d’une heure et demie, les danseurs de Mangando Water Troup  ont offert à voir  au public   un spectacle de haute facture.    Beaucoup de danses, d’habiles mouvements des  corps  sous les rythmes du terroir sawa dans un décor féerique,  avec de la variété en sus. Au coup de sifflet final,  les spectateurs ont eu envie  de dire « bissez ». Hélas   toutes les bonnes choses ont une fin. Le  petit regret face à l’échéance d’une situation plaisante est vite  surmonté   devant Le sentiment de satisfaction éprouvé pour  ce qui  vient d’être  vécu.  Un Sentiment  du reste  partagée quasiment par tous.

Le maire de la Ville qui appartient à l’aire culturel Sawa en  est sorti tout  heureux : « Nous venons de voir une comédie musicale contemporaine bâtie sur nos us et  nos coutumes, nos chansons traditionnelles.  Je crois que la représentation a été réussie. Nous avons vu des artistes pleins de talent et des jeux de lumière  qui  n’ont rien à envier à ce  qui se fait de mieux   ailleurs. Je suis plutôt satisfait de ce spectacle.»

Des artistes bourrés de talents

Dans un contexte où le pays présente quelques  fissures  et dans lesquelles se dégage l’odeur du souffre, Mangando a tenu à faire observer l’unité à travers les  costumes très colorés    des danseurs.  Des costumes   et qui portent la marque  de Made Jong.  Chantal la chorégraphe a été aussi  impériale  dans ses œuvres. Pour le succès de cette première édition, Michèle Essso, la conceptrice et  promotrice de Mangando Water Troup a fait recours à  ce beau monde. La diplomate a aujourd’hui  de bonnes raisons de s’en réjouir.

Si  le but  était  de réveiller et de  ramener à l’esprit    les éléments culturels ensevelis  dans les mémoires  alors  il  a été atteint. Les organisateurs, affirment le maire de Douala Roger Mbassa Ndinè,     sont allés puiser au plus profond de nous-mêmes, ont  réveillé ce  qu’il y a de mieux  en nous. Cela démontre  que même si nous voyageons à travers le monde, nous avons des racines  profondément enfouies dans le sol de notre pays   le Cameroun et du   terroir Sawa.

Mangando c’est un mot valise qui fait référence à l’univers ludique camerounais, l’univers ludique Sawa,  disent les organisateurs. Pour offrir ce que le public  a pu voir ce soir du 1er décembre  et qui a produit tant d’émotion, de souvenirs et  de nostalgie, il a fallu  rentrer  dans les chaumières pour  revisiter les  us et coutumes et rappeler encore qu’ils sont importants.  « Mangando c’est aussi un tour dans notre ngosso, dans nos alliances, dans nos danses…Si chanter c’est  prier deux fois,  Mangando nous a permis de comprendre que  danser c’est exorciser 2 fois,  »

Maintenant comment pérenniser tout cela ?   « Le  spectacle avait des partitions qui peuvent être reproduites partout ailleurs, dans toutes les scènes du monde…..   C’est un grand pas et on peut le pérenniser. Il faut simplement que beaucoup de communication soit organisée de cet évènement », affirme le maire de Douala.

Une chorégraphie originale, « une représentation réussie »,   un beau spectacle qui ramène à l’esprit    des souvenirs qu’on croyait effacés puis  un public totalement conquis.  Sur la place   mythique  de Bessèkè, le moment  était magnifique  ce premier  jour du mois de décembre.

Pendant près d’une heure et demie, les danseurs de Mangando Water Troup  ont offert à voir  au public   du spectacle de haute facture.    Beaucoup de danses, d’habiles mouvements des  corps  sous les rythmes du terroir sawa dans un décor féerique,  avec de la variété en sus. Au coup de sifflet final,  les spectateurs ont eu envie  de dire « bissez ». Hélas   toutes les bonnes choses ont une fin. Le petit regret face à l’échéance d’une situation plaisante est vite  surmonté   devant Le sentiment de satisfaction éprouvé pour  ce qui  vient d’être  vécu.  Un Sentiment  du reste  partagée quasiment par tous.

Le maire de la Ville qui appartient à l’aire culturel Sawa en  est sorti tout  heureux : « Nous venons de voir une comédie musicale contemporaine bâtie sur nos us et  nos coutumes, nos chansons traditionnelles.  Je crois que la représentation a été réussie. Nous avons vu des artistes pleins de talent et des jeux de lumière  qui  n’ont rien à envier à ce  qui se fait de mieux   ailleurs. Je suis plutôt satisfait de ce spectacle.»

LA CDHC INTERPELLE SUR LA SITUATION DES HANDICAPES AU CAMEROUN

Previous article

CONCOURS DE L’ECOLE LA PLUS PROPRE DE DOULA : LE GROUPE SCOLAIRE ESPERANCE DIVINE EST CHAMPION 2022

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

More in culture