Actualité

Insécurité à Douala : 39 jeunes aux arrêts

0

Ils ont été interpellés à la suite de leurs attaques en masse dans quelques quartiers de la ville Douala.

C’était l’une des principales informations donnée ce lundi 12 octobre au cours d’un point de presse par Samuel Ivaha Diboua, gouverneur la région du Littoral en présence de tous les patrons de la sécurité suite aux incidents survenus  ces derniers  temps dans certains quartiers de la capitale économique Douala. Incidents au cours desquels un groupe de jeunes délinquants ont pris d’assaut le carrefour Ndokoti, le quartier Cité Cicam et tout récemment Deïdo s’attaquant aux populations avec gourdins, couteaux et machette,  cassant magasins et boutiques  et arrachant tout à leur passage( argent, portable, bijoux,…) .

Une sorte de guérilla urbaine qui prend de l’ampleur dans la ville de Douala pour laquelle les autorités de la ville avec le concours des forces de l’ordre  ont décidé d’y mettre fin. « Ça ne peut pas continuer à se passer à Douala de voir un groupe de personnes venir s’attaquer aux autres avec couteaux et machettes», s’indigne Samuel Ivaha Diboua.

Le gouverneur de la région du Littoral a été ferme au cours de ce point  de presse. « Nous allons ramenés la sérénité dans cette ville et mettrons ses individus hors d’État de nuire».

Toutefois, Samuel Ivaha Diboua met en garde les protecteurs de ces jeunes et demande aux populations de ne pas céder à la panique. Par ailleurs, il appelle non seulement à la collaboration mais aussi  à la participation des populations pour mettre la main sur ces grands bandits. Il a salué la bravoure des habitants de Deïdo où ces jeunes délinquants ont rencontré une riposte et ont été pourchassés. « Deïdo a donné un exemple hier. Nous attendons voir la réaction prompte des habitants d’autres quartier », lance-t-il.

A la suite de cette traque, 39 jeunes ont été mis aux arrêts dont 25 par la police et 14 par la gendarmerie. Tous ont été mis sous mandat de dépôt à la prison centrale de New-Bell a indiqué le patron de la région.

Il a demandé aux populations de s’organiser en comité de vigilance et éclaireurs.

Interpellé suite à une attaque manquée d’un particulier à Bonapriso par ces groupes de jeunes à moto, Samuel Ivaha Diboua a reproché aux habitants de ce quartier de pas collaborer. «Ils ont les moyens pour construire des immeubles qui coûtent des centaines de millions. Nous ne voyons pas ce qui peut les empêcher d’installer les caméras de surveillance sur les édifices pour nous permette d’identifier ces malfrats », a suggéré le chef de terre.

Félix Épée

UEMC-GIE : REUNION DE CRISE AU LENDEMAIN DU MOUVEMENT D’HUMEUR DE QUELQUES DOCKERS.

Previous article

L’ATTESTATION D’IMMATRICULATION FISCAL : UN IMPERATIF

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Actualité