ActualitéSanté

Kléda – Dion Ngute   Une rencontre qui attire les soupçons…

0

Au menue de la récente  audience  accordée par le  Premier ministre  à l’archevêque métropolitain de Douala,  l’arme locale contre le  Covid 19  portant la marque de Monseigneur Kleda  Une solution endogène  qui ne peut être appréciée par l’Oms.      

Après quelques temps de tergiversation, le gouvernement  semble  maintenant engagé à  « coopérer »  avec Monseigneur Kléda. Il  se dit désormais disposé   à   l’accompagner  dans la production  et la  vulgarisation   du produit  que l’archevêque métropolitain de  Douala  a mis au point contre  le Covid 19.  Sur instruction, dit-on,  du chef de l’Etat, le prélat a été reçu le  25 mai dernier  par le  Premier  ministre Joseph  Dion Ngute. Seulement  la sincérité des autorités camerounaises  à l’égard  de  l’archevêque de Douala  peut être sujet à caution.   Et  pour cause, dans le cadre de la gestion de la pandémie,  le gouvernement camerounais  collabore étroitement   avec la très controversée  Organisation mondiale de la santé (Oms) qui s’oppose systématiquement  à toute solution endogène (africaine)  contre le coronavirus.

Face à quelques succès enregistrés en Afrique dans la recherche  d’un  traitement contre ce tueur   impitoyable, l’Oms embarrassé,  a  préféré vilipender  l’initiative des africains  non sans  afficher  son soutien aux lobbies capitalistes  qui   contrôlent  les  firmes pharmaceutiques  occidentales.    Malgré  des  ravages causés   par la pandémie du corona virus,  cet organisation  multiplie   des  maladresses et les manœuvres   qui démontrent , si besoin  était,  que  la vie  des africains  a bien moins de la valeur que  l’argent  que gagnent les industries pharmaceutiques occidentales.

Tandis qu’au Cameroun  le taux   des  contaminés  croit  inexorablement   et que la courbe des décès  continue de monter,  l’organisation dite mondiale de la santé  n’a pas  trouvé   mieux à faire que d’offrir   de  jolies voitures   au gouvernement  pour prétendument  faciliter  la sensibilisation des populations sur la maladie.  Une option   qui  cache mal  des desseins inavouables de l’Oms, clament les  Camerounais.

Madagascar quitte l’Oms

Ce paradoxe flagrant  en rajoute au discrédit  essuyé dans la gestion  du cas malgache. L’Oms, officiellement,   n’a vu  dans le Covid organique sorti d’un laboratoire de Madagascar que du mal.    Pourtant  ce traitement   a donné les preuves  de son efficacité.  Des gouvernements africains convaincus  des valeurs  thérapeutiques  de  Covid-organique s’en  sont procurés   pour leurs populations.

Selon la presse malgache, l’Organisation mondiale de la santé aurait fait, quant à elle,    des propositions  indécentes et criminelles  au   président  de Madagascar. Celui-ci aurait été contacté pour  mettre un peu  de toxine dans son  produit  contre  une importante somme d’argent,      tandis que les  alliés européens  de l’Oms tentaient de  le pirater.

Au finish,  le chef de l’Etat, Andry Rajoelina  a annoncé la semaine dernière  la sortie de son pays de cette organisation et a mis en garde les africains : «  Soyez vigilants, l’Organisation mondiale de la santé à laquelle nous nous sommes joints en pensant que cela nous aiderait  est là pour tuer les africains….»  Ce message doit interpeller Monsieur Kléda : en flirtant  avec les affidés  de l’Oms, il faut  garder les yeux ouverts.

Les malades de kléda sont-ils pris en compte dans les statistiques du Minsanté ?

 La cure à base de plante médicinale   proposée comme traitement  par  l’archevêque métropolitain de Douala contre le coronavirus   fait  sans aucun doute des merveilles.   En témoigne  la  forte sollicitation  des  formations  de santé  catholiques  agréées où sont  référés les malades, hôpitaux  Saint Paul de Nylon, Saint Albert Le Grand de Bonabéri et Notre Dame de l’Amour de Logpom.»  Ces structures sanitaires   en sont aussi  les points  de ravitaillement  dans la capitale économique pour des  patients  qui ne sont par internés.

Ce médicament  a déjà permis, d’après  Monseigneur  Kléda ,  à plus  d’un millier de personnes  atteintes  de coronavirus     au Cameroun  de retrouver  la guérison.  Plus étrange, même  les cas en détresse respiratoire (phase très critique de la maladie  qui rapproche le patient de la mort) sont soulagés au bout de 24 heures.   Le  traitement   est administré gratuitement.  Le produit   n’est pas vendu mais offert à ceux qui  sont  effectivement dans le besoin et dûment identifiés.   Il est  aujourd’hui  certain que   la trouvaille de Kleda   sauve des vies  mais ses malades  et ses cas de guérison sont-ils pris en compte dans les statistiques du Minsanté

Lutte contre la Covid-19 : l’association Soli’group offre des dons de matériels à l’hôpital de Bonassama et à la mairie de Douala 4ème

Previous article

Ecoles françaises du Cameroun : Pas de rentrée ce 1 er Juin

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

More in Actualité