Actualité

OBSCURITE SUR LE PONT DU WOURI : COMPRENDRE LES RAISONS

0

1 – Autorité du Pont sur le Wouri

Le Pont sur le Wouri est une route nationale, donc sous l’autorité du Ministère des Travaux Publics (MINTP).
Ce n’est ni la Région, ni la Communauté Urbaine qui s’occupent de ce pont. C’est une route nationale construite par le MINTP et qui doit être entretenue par le même MINTP, selon la répartition bien claire de la décentralisation et du transfert des compétences.
Ce n’est pas parce qu’une route traverse une ville que cela signifie automatiquement que le Maire en est responsable. La répartition des routes entre l’Etat, la Région et les Communes (construction et entretien) entraine aussi la répartition des moyens.
Il en est aussi ainsi des «Pénétrantes» qui restent sous l’autorité du MINTP. De même en est-il de certaines routes intercommunales qui sont de la responsabilité du Ministère du Développement Urbain et de l’Habitat (MINDUH).

2 – Situation technique du Pont sur le Wouri

Construit par le MINTP, le Pont sur le Wouri qui est déjà mis à la disposition des usagers n’est pas encore réceptionné. Il reste donc sous la garantie de l’entreprise qui l’a construit, tant que la réception officielle n’a pas eu lieu.

3 – Les raisons techniques du manque d’éclairage sur le Pont sur le Wouri

Trois (03) kilomètres de câble qui alimente le Pont en énergie électrique ont été vandalisés (volés). Ce qui signifie que l’incivisme de certaines populations est à l’origine de cet état de faits.

4 – Que peut faire la CUD ?

A notre connaissance et nonobstant le fait que le Pont sur le Wouri soit de la responsabilité du MINTP, le Maire de la Ville, soucieux du bien-être de la population locale, réfléchit avec les autorités administratives sur les meilleurs moyens d’assurer l’éclairage public sur ce pont et mettre le dispositif hors de portée des vandales, car il s’agit à la fois d’un problème de sécurité des personnes et de celui de la préservation du patrimoine public.
Le même vandalisme a réduit à néant les efforts déjà entrepris au niveau de la Nationale n°3, sous le tunnel de Ndindè-Bonapriso (avant l’aéroport). Les deux côtés du tunnel ont été réparés et fonctionnels. Mais un camion qui avait chargé des objets au-dessus de sa capacité de transport à raclé l’ensemble des équipements du côté droit (quand on part de Douala pour Yaoundé), rendant ainsi nulle la belle action des services de la CUD. Seul le côté gauche reste allumé… D’où l’importance de la mise en application du Principe Casseur-Payeur envisagé à la CUD ; mais aussi la participation de la population à la préservation du patrimoine urbain en dénonçant tout acte de vandalisme.

31 Octobre 2020 : Journée de deuil national.

Previous article

Douala : Dr Roger Mbassa Ndine associe les chefs traditionnels à la gestion de la cité

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Actualité