Actualité

Paix et Sécurité: la Société civile évalue le premier Plan d’Action National pour la résolution des conflits à travers la résolution 1325 de l’ONU

0

Plusieurs Organisations non gouvernementales (ONG) ont fait le diagnostic de cette résolution pour envisager un second plan national visant à impliquer davantage la femme dans la recherche de la paix.

Après Yaoundé le 20 janvier 2021, l’ONG WILPF Cameroon a poursuivi 26 janvier 2021 à Douala, une série de consultations avec d’autres organisations de la société civile. La rencontre vise à évaluer le premier Plan d’Action National (PAN), évaluer les défis et les opportunités dans la mise en œuvre de ce PAN, et surtout discuter de la contribution des Organisations de la société civile (OSC) dans le deuxième PAN.

Il est à rappeler que la résolution 1325 prescrit  l’implication des femmes dans tous les processus de paix, avant, pendant et après les conflits. Le Cameroun a élaboré le 16 novembre 2017, son tout premier Plan d’Action National (PAN) pour la mise en œuvre de la résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations-Unies (CSNU).

Ledit plan est arrivé à expiration en décembre 2020, et a donné à la branche camerounaise de l’ONG internationale World International League for Peace and Freedom (WILPF), qui s’est engagée depuis 2014 dans une série d’actions visant à restaurer la paix dans le pays par des approches non violentes, de procéder à une évaluation des contributions de la société civile à la mise en œuvre de ce premier plan d’action national.

Pour Sylvie Ndongmo, présidente de WILPF Cameroon, «le premier plan a pêché par la faiblesse de son mécanisme de mise en œuvre. En réalité le mécanisme de communication, de suivi-évaluation n’a pas été très opérationnel. Beaucoup d’acteurs sur le terrain ont souhaité véritablement contribuer, mais ce n’était pas très clair», déplore-t-elle.

Le Cameroun est en effet dans la phase de revue de son PAN, afin de prendre en compte les réalités sécuritaires du Cameroun, de prendre en compte les faiblesses du plan précédent, et de mieux envisager le plan d’action pour les trois prochaines années. A l’occasion, WILPF Cameroon et les autres OSC, devront travailler à rapprocher davantage le prochain PAN des réalités de terrains telles que vécues par les populations.

«Nous allons faire le tour des dix régions, pour essayer de faire remonter les contributions des différents acteurs de la société civile qui font un travail de terrain. Au bout de ce processus, la société va éditer un document dénommé Contributions de la société civile pour l’élaboration du Plan d’action nationale, deuxième génération, de la résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations-Unies», lequel sera adressé au gouvernement camerounais et aussi aux partenaires au développement du Cameroun, assure Sylvie Ndongmo.

 

Distinction : Lilian Thuram, fait citoyen d’honneur de la ville de Douala

Previous article

Incident à l’Agence SCB BERTOUA

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

More in Actualité