Actualité

PROCEDURE D’EXPROPRIATION A DIKOLO : DES IRREGULARITES MONSTRUEUSES

0

 

De sources proches des autorités traditionnelles  à Douala,  l’affaire Dikolo  commence en réalité en 2005. Edouard  Etondè Kotto est alors Délégué  du Gouvernement auprès de la Communauté Urbaine.  Paul Bea Nasseri est préfet du Wouri,  Sa Majesté René Bell, est le chef du Canton Bell.  Lors des discussions autour de la question du  site de Béssèkè  qui va abriter  un  « important  projet hôtelier  » et qui fait déjà  l’objet d’un arrêté de Déclaration d’utilité  publique (Dup),  les représentants de la communauté  belloise relève  des  vices de forme sur la Dup.  Les débats   prennent  plus de temps   et au bout de 2 ans, l’arrêté devient caduc.  Le temps de validité d’une Dup étant de « 2 ans  non susceptible de prorogation »,   dit la loi.

En 2015 le sujet est remis  au gout  du jour.  Le Mincaf   signe l’arrêté  00329/MINDCAF/SG/D1) du 17 avril   déclarant d’utilité publique  la construction de l’Hôtel Hilton  de Douala. En 2018, la ministre des domaines,  du cadastre et des affaires foncière, Jacqueline Koung a Bessikè,  fait le constat  de la « défaillance du promoteur », Olivier Chi Nouako,   dont la crédibilité  commence à susciter des interrogations. Malgré le doute qu’il suscite, il a les défenseurs jusqu’au  premier ministère,  rapporte notre confrère de La Voix du Centre. En plus de la défaillance, le Mincaf constate aussi la caducité de l’arrêté  susmentionné.

EN 2019, apparait l’arrêté 00033/MINDCAF/A010 signé le 4 mars toujours pour des besoins d’utilité publique,   au  même lieu, Béssèkè, par le même promoteur, Chi Nouako mais pour la construction de l’hôtel,   Marriott  cette fois-ci. Il ne parle plus de Hilton. Sans attendre  que l’arrêté soit caduc, le Premier ministre entre en scène en 2020. Son arrêté, le N0  2020/004/PM est très spéciale.   Il date du 9 janvier   et  concerne une superficie de 2 hectares situés au lieu-dit Béssèkè. Selon ce dernier arrêté   la cause  d’utilité publique est assortie de la mention  « incorporation dans le domaine privé de l’État».

Cela s’appelle un passage en  force qu’apparemment rien ne justifie si ce n’est une  volonté de déposséder les familles de leurs biens en violant toutes les règles en matière de Dup et d’expropriation.  C’est sur la base du texte  du Pm que le préfet va ordonner  la destruction de  Dikolo. Les destructeurs passent à l’acte le 14 mai 2022. Ils  n’y vont pas  de main morte. La démolition est  violente. Psychologiquement insoutenable.  Pas de traitement particulier pour les tombes ou les sépultures qu’on croyait jusque-là sacrés et  inviolables dans la tradition africaine.

Un  récent communiqué  du délégué département de l’art et de la culture du Wouri  dit attendre la requête des sinistrés  jusqu’au 1er  juillet pour  la mise en valeur de ces tombes,   sanctuaires  et autres objets de culte.  Une intervention a postériori  qui questionne le rôle  de la commission de constat et d’évaluation.  Béssèkè  ou Dikolo une autre incohérence : dans tous les arrêtés  signés dans le cadre de l’affaire Dikolo   Béssèkè est le site qui fait l’objet de la Dup est-ce une erreur ou une erreur volontaire ?  Pourquoi  cibler Dikolo ?  Le déguerpissement concerne une superficie de 4 ha or la Dup porte le chiffre de 2 ha,  à qui profite les 2ha restants ? Sollicité pour quelques éclairages sur le sujet  Sa majesté le chef du Canton Bell,  Jean Yves Eboumbou   a dit que le moment n’était  pas indiqué, «Attendons   les conclusions de la commission ad-hoc mise  sur pied par le gouverneur »

Au-delà des irrégularités qui ont entaché la procédure d’expropriation à Dikolo, une question revient à toujours à l’esprit : l’Etat peut-t-il causer du tort à 63 familles (nombre de victimes)  juste pour satisfaire  les intérêts prétendument  de   Olivier Chi  Nouako ?   Dans l’esprit de la loi, utilité publique renvoie à un hôpital, un établissement  scolaire pas un hôtel. Tout  porte à croire que ce personnage est au service d’une mafia forcément, la plus active dans la prédation foncière.

SABC: STEPHANE DESCAZEAUX DESORMAIS AUX COMMANDES

Previous article

LE MINISTRE EYEBE AYISSI TACLE LA JUSTICE

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Actualité