Economie

1) Cimencam Vs Gouvernement

0

  • Cimencam Vs Gouvernement

Desserrer la vis fiscale ou augmenter le prix du ciment, le Mincommerce doit choisir

Asphyxié par les prix élevés  des intrants et les taxes,  Cimencam plaide pour que le gouvernement, desserre un peu l’étau fiscal à défaut de consentir à l’augmentation du prix du sac.  

Les coûts de production du ciment sont très variables compte tenu des contraintes sanitaires et économiques. Nous sommes venus pour voir dans quelle mesure l’État pourrait aider cette société à continuer de produire de façon acceptable » : c’est en ces que le  président du Conseil d’administration de Cimencam, Yves Mbele Ndoe a plaidé les causes de sa structure. C’était    au cours de l’audience accordée le 14 septembre dernier par le ministre du commerce,  Luc Magloire Mbarga  Atangana à une délégation du Groupe Lafarge Maroc dont le directeur général  de la zone Afrique, Xavier Saint-Martin Tillet  et le Pca de Cimencam.

Produire  le ciment de façon acceptable, c’est d’après les hôtes  du Mincommerce partager les charges   induites par l’augmentation du cout des matières premières sur le marché international.  Par exemple la hausse du prix  clinker,   principal produit qui entre dans la fabrication du Ciment, devrait entrainer une augmentation d’au moins  1200 F du prix du sac soit 6000F de prix de vente en quincaillerie.  Or jusque-là, Cimencam, affirment  ses  responsables,  supporte seul le surcoût.    Leur entreprise  doit faire face à des charges supplémentaires de l’ordre de   2 et 3 milliards de FCFA par mois. Une situation asphyxiante  qui les a contraints  à saisir le gouvernement.  


« tous les sacs de ciment devraient être augmentés de 1200F « 

«  Nous sommes venus voir avec M. le ministre comment nous pouvions réduire une partie de ces coûts via les charges fiscales, ou alors voire comment une partie de ces coûts pourraient être répercutée sur le prix du ciment. (…) La question c’est que faire des 1200 FCFA supplémentaires par sac ? Comment gérer cela dans le futur ? », a déclaré l’ADG de LHMA, Xavier Saint-Martin Tillet.  La solution  du ministre est toujours attendue. Elle n’est pas facile à trouver dans le contexte actuel marqué par  une inflation qui galope  et peut  ramener  dans les esprits le triste  souvenir   des grèves de la faim de  2008.  La hausse des  prix, des  matériaux de construction,  notamment le fer et le ciment,  était à l’époque  dans le cocktail qui avait nourri la colère de la population et avait  fini  par exploser.

La solution  attendue du Mincommerce  est d’autant plus compliquée à rechercher que les arguments de Cimencam tiennent bien  la route. Au  début de ce  mois de septembre, il a interpellé   la directrice générale de l’Organisation mondiale du Commerce (OMC), Ngozi Okonjo-Iweala, au sujet de la « dérégulation sans précédent des échanges commerciaux internationaux » ( …) Entre janvier et juin 2021, les prix du clinker, du fer à béton et du gypse ont fait un bond respectif de 100%, 95,54% et 60% par rapport à la même période en 2020.   En un mot, le ministre reconnait  que les revendications de Cimencam sont fondées.

Pour l’heure, il préfère attendre, laisser le temps passer  avant de devoir   choisir entre desserrer l’etau fiscal autour de   Cimencam ou l’autoriser à partager avec les consommateurs la charge liée au surcoût de la production.  Ces derniers, doivent s’attendre dans ce cas    à une augmentation d’au moins 1200F du prix du  sac.

 

 

 

 

 

 

Douala: le vice-president de la banque mondiale rend visite au maire de la ville.

Previous article

Banque Camerounaise des Pme

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

More in Economie