Actualité

BUDGET COMMUNAL ET BIP : LE DESINTERET DES POPULATIONS AU CAMEROUN

0

Le constat est fait par des Organisations de la société civile en général et EMERGENCE JEVAIS en particulier. Ceci lors de la restitution vendredi 5 août 2022 des résultats de l’enquête communale auprès des populations de Douala II et Douala V sur la perception de leur intéressement au budget communal.

Sur 161 personnes enquêtées dans la Commune de Douala 2e, 8,69% de femmes contre 19,25 % d’hommes disent avoir entendu parler du Budget Communal, tandis que 33,54% de femmes contre 38,5% des hommes disent n’en avoir pas entendu parler. Parlant du genre spécifique, 13,05% jeunes contre 14,9% d’adultes disent qu’ils ont déjà entendu parler du Budget Communal, tandis que 31,05% de jeunes contre 40,99% d’adultes disent qu’ils n’ont pas encore entendu parler du Budget Communal. De l’ensemble des 161 personnes enquêtées dans  cette Commune, 8,69% de femmes contre 19,25 % d’hommes disent avoir entendu parler du Budget Communal, tandis que 33,54% de femmes contre 38,5% des hommes disent n’en avoir pas entendu parler. Parlant du genre spécifique, 13,05% jeunes contre 14,9% d’adultes disent qu’ils ont déjà entendu parler du Budget Communal, tandis que 31,05% de jeunes contre 40,99% d’adultes disent qu’ils n’ont pas encore entendu parler du Budget Communal.

Sur la connaissance du budget communal, 6,21% de femmes contre 4,97 % d’hommes disent le connaître, tandis que 36,02% de femmes contre 52,79% des hommes affirment le contraire. Parlant du genre spécifique, 8,07% jeunes contre 3,11% d’adultes disent connaître le budget communal, tandis que 36,02% de jeunes contre 52,79% déclarent le contraire. En outre, 1,24% de femmes contre 3,72 % d’hommes disent qu’ils connaissent le mécanisme d’élaboration et d’adoption du Budget Communal, tandis que 40,99% de femmes contre 54,04% des hommes disent n’en avoir pas entendu parler. Parlant du genre spécifique, 1,86% jeunes contre 3,11% d’adultes disent qu’ils connaissent le mécanisme d’élaboration et d’adoption du Budget Communal, tandis que 42,85% de jeunes contre 52,17% d’adultes disent qu’ils n’en ont pas encore entendu parler.

Situation quasi similaire à Douala V

De l’ensemble des 177 personnes enquêtées dans la Commune de Douala 5e, 10,16% de femmes contre 25,98 % d’hommes disent avoir entendu parler du Budget Communal, tandis que 31,63% de femmes contre 32,20% des hommes disent n’avoir pas entendu parler. Parlant du genre spécifique, 19,20% jeunes contre 16,94% d’adultes disent qu’ils ont déjà entendu parler du Budget Communal, tandis que 36,15% de jeunes contre 16,94% d’adultes disent qu’ils n’ont pas encore entendu parler du Budget Communal. 2,25% de femmes contre 12,42 % d’hommes disent qu’ils connaissent le mécanisme d’élaboration et d’adoption du Budget Communal, tandis que 37,85% de femmes contre 47,45% des hommes disent n’en avoir pas entendu parler. Parlant du genre spécifique, 6,77% jeunes contre 7,90% d’adultes disent qu’ils connaissent le mécanisme d’élaboration et d’adoption du Budget Communal, tandis que 49,15% de jeunes contre 36,15% d’adultes disent qu’ils n’en ont pas encore entendu parler.

Il s’agit-là des résultats d’une enquête qui entre dans le cadre de la mise en œuvre du projet d’amélioration de la gouvernance locale à travers la redevabilité et la participation citoyenne dans les Communes de Douala 2éme et 5éme du Cameroun. Porté par l’Ong EMERGENCE JEVAIS que pilote le coordonnateur Me Essome Dipita Aime. A l’analyse, les enquêteurs observent qu’il y a un désintérêt de la population au sujet du budget communal et du budget d’investissement public (BIP); Encouragé par le non-respect du cadre législatif en la matière par les autorités administratives et communales. «Ceci a pour conséquence la mal gouvernance, la faible participation des populations à l’assiette fiscale, le non-respect de la chose commune et publique, ainsi que la non implication des populations à la protection et à la préservation des projets réalisés dont elles en sont les premières bénéficiaires», indiquent à l’unanimité le Consultant Jean Bertin Kemajou et les enquêteurs.

Recommandations

Il est recommandé que soient: organisées des campagnes d’information et de sensibilisation sur la question budgétaire, son mécanisme d’élaboration et d’adoption ainsi que sur le calendrier d’adoption au niveau des communes; Encouragée, l’implication des acteurs locaux à l’élaboration des budgets communaux; Rendues accessibles aux citoyens, les informations sur les budgets communaux; Outillés les comités de quartiers, les OSC, les autorités traditionnelles, les élus locaux, les médias locaux en matière de gestion du budget communal et de la transparence budgétaire d’une part et du contrôle citoyen du budget communal d’autre part; Que soit aussi accompagnée la création des comités de veille budgétaire ainsi que dans l’exécution de leurs plans d’action de contrôle citoyen des budgets communaux.

Linda Mbiapa


LITTORAL-NOSO : LA MONTEE EN PUISSANCE DE LA TRAITE DES PERSONNES INQUIETE LE CHRAPA

Previous article

JOURNEE INTERNATIONALE DES POPULATIONS AUTOCHTONES

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Actualité