Actualité

JOURNEE INTERNATIONALE DES POPULATIONS AUTOCHTONES

0

Cameroun: Non aux attaques contre les populations autochtones

Mardi 9 août 2022 est Journée internationale des populations autochtones. Dans une déclaration, la Commission des Droits de l’Homme du Cameroun (CDHC) relève pour le déplorer l’impact négatif des foyers de conflit et de tension au Cameroun sur les Droits des populations autochtones et condamne de nouveau fermement les atrocités, les tentatives répétées d’accaparement des terres autochtones à travers le pays, les exactions et toutes les autres formes d’attaques physiques, verbales ou écrites contre ces populations.

Cette déclaration signée du président Pr. James Mouangue Kobila mentionne que la CDHC se dit profondément préoccupée par le fait que les populations autochtones du Cameroun sont toujours confrontées à des difficultés qui tendent à les marginaliser, notamment: le taux d’analphabétisation élevé à cause du manque de moyens financiers pour s’acquitter des frais de scolarité; l’accès difficile aux soins de santé et d’éducation de base; le faible taux d’enregistrement à l’état civil et la non possession de documents d’identification à cause de la méconnaissance des procédures et de l’importance de ces documents; les difficultés d’accès aux terres et aux ressources naturelles caractérisées par des expulsions des terres utilisées pour des activités agro-pastorales; leur exploitation par les communautés majoritaires; la mésentente avec certaines communautés hôtes souvent à l’origine d’affrontements.

On parle aussi des questions de réinstallation et de compensation inadéquates pour les populations autochtones, après l’expropriation de terres forestières pour des projets de développement; la représentation insuffisante dans les sphères de décision; la discrimination, les mariages précoces et forcés des jeunes filles autochtones; les attaques contre les communautés autochtones par des groupes terroristes de l’intérieur et des pays voisins, avec pour conséquences des atteintes à la vie et aux biens, des prises d’otages avec demande de rançon et des vols de bétail.

Non respect des droits  civils, politiques…

La Commission réitère les préoccupations du Comité des Droits économiques, sociaux et culturels et du Comité pour l’élimination de la discrimination raciale concernant notamment: l’exclusion dont sont victimes les populations autochtones au Cameroun et l’absence de reconnaissance de leurs Droits en matière d’accès à la terre, à leurs territoires ancestraux et aux ressources naturelles; la discrimination et la marginalisation dont ces groupes continuent de faire l’objet dans la jouissance de leurs Droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels.

Ayant à l’esprit que le but de cette journée est de renforcer la coopération internationale pour résoudre les problèmes rencontrés par les populations autochtones dans les domaines tels que les Droits de l’homme, l’environnement, le développement, l’éducation et la santé, considérant le thème international de cette célébration pour cette année qui est le rôle des femmes autochtones dans la préservation et la transmission des savoirs traditionnels, considérant la pertinence du thème national retenu pour cette célébration qui est: “Promotion de l’éducation inclusive en contexte post-covid 19: la place de l’enfant autochtone”, la Commission rappelle que les Droits des populations autochtones sont spécifiquement reconnus et protégés aux niveaux national, régional et international, notamment en raison de leur caractère singulier, de leur mode de vie, de leur situation particulièrement précaire et des menaces qui pèsent sur leur survie.

Suggestions

La Commission des Droits de l’homme du Cameroun créée par la loi n°2019/014 du 19 juillet 2019 et mise en place le 29 avril 2021, suite à la prestation de serment de ses membres devant la Cour Suprême siégeant en Chambres réunies, fait plusieurs recommandations. Au Gouvernement, la CDHC recommande l’adoption d’un Code pastoral à l’instar de plusieurs pays voisins, pour permettre la sécurisation des pâturages en faveur des éleveurs autochtones.  Au Ministère de la Justice, au Ministère de la Décentralisation et du Développement local à travers les Collectivités territoriales décentralisées, à la Délégation générale à la Sûreté nationale, à Elections Cameroon, ainsi qu’au Bureau national de l’état civil, la commission suggère de faciliter les procédures pour l’établissement et l’obtention des actes de naissance, des cartes nationales d’identité et des cartes électorales.

Du côté du Ministère de l’Éducation de base, la CDHC souhaite que soit assurée la mise en œuvre effective de la gratuité de l’école primaire et au Ministère des Enseignements secondaires de construire des établissements proches des campements pour les autochtones, puis d’élaborer des programmes scolaires adaptés à leur mode de vie. Cette dernière recommande au Ministère de la Santé publique d’adopter des mesures spéciales visant à assurer une prise en charge gratuite des soins de santé maternelle et infantile jusqu’à l’âge de 5 ans pour tous les enfants autochtones.

Linda Mbiapa


BUDGET COMMUNAL ET BIP : LE DESINTERET DES POPULATIONS AU CAMEROUN

Previous article

SANTE: ENTRETIEN AVEC JEAN PIERRE MBOUNDJA MISSE ETIOPATHE

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

More in Actualité