Economie

BVMAC: QUE SE PASSE -T-IL ENTRE LE DIRECTEUR GENERAL ET SON DAF

0


Le bureau du directeur administratif et financier est
scellé par le directeur général de la Bourse des Valeurs
Mobilières de l’Afrique Centrale (Bvmac) et lui interdit
d’accès à son bureau. Il lui signifie par la suite une
note le suspendant de ses fonctions.
Le torchon brûle entre, le Directeur général de la
Bourse de valeurs mobilières de l’Afrique Centrale
(Bvmac), Louis Banga Ntolo et son directeur
administratif et financier, Elouna Jean Sylvestre. Et c’est
depuis le 23 juillet dernier que dure cette triste
situation.
Tous les deux de nationalité camerounaise, les deux
cadres de l’entreprise du marché financier de l’Afrique
Centrale ont décidé de déterrer la hache de guerre.
Mais pour quelle raison ? Elouna Jean Sylvestre le Daf
revient au bureau le jeudi 23 juin 2022 aux environs de
vingt heures. Il ne lui est pas possible d’accéder à son
bureau récupérer ses effets personnels. La clé qui
pourtant avait servi pour fermer son bureau ne
parvient plus à ouvrir la porte qu’il a personnellement
verrouillé quelques heures avant. Le canon de la

serrure de la porte de son bureau duquel il venait de
sortir plus tôt a été changé. Il lui est impossible d’y
accéder.
Instinctivement, il va se retrouver dans le bureau de
son Directeur général qui se trouvait encore dans les
locaux de l’institution, pour l’informer de la situation.
Le Directeur général va feindre un étonnement, et va
néanmoins inviter le Daf à se présenter le lendemain à
la Bourse à partir de 10h. Dans le bureau du Daf scellé
se trouvaient probablement certains objets urgents
personnels : argent, trousseau de clés de son domicile,
des produits pharmaceutiques ou même de l’argent.
Aux environs de 10 heures, conformément à l’exigence
du Directeur général, le Daf va répondre présent,
estimant rentrer en possession de ses effets
personnels. Malheureusement, une triste surprise lui
est réservée : c’est à l’entrée des locaux de la BVMAC
que le Daf, Elouna Jean Sylvestre sera reçu, par un
comité d’accueil, composé d’un huissier de justice, d’un
policier (gardien de la paix) d’un vigile, de quelques
membres du personnel. Le Directeur général va le
conduire directement dans son bureau pour une
perquisition.

Le Directeur général va personnellement, avec une
nouvelle clé ouvrir le bureau qui hier avait été fermé, et
procéder à la perquisition. C’est l’occasion ainsi pour le
Daf de découvrir que le canon de la serrure de son
bureau avait été échangé simplement par son Directeur
général, pendant qu’il était absent. Une question qui
nous vient en esprit ; le Directeur général de la Bourse
n’aurait-il pas abusé par ces faits qui ne sont
simplement qu’un ensemble d’infractions réprimées
par le code pénal camerounais ?
Sans une ordonnance de tribunal, et sans la présence
d’un huissier de justice, a-t-on le droit d’accéder par
effraction dans le bureau de son collaborateur ? Chose
curieuse qui cache une détermination à se séparer de
son collaborateur : après la fouille du bureau du Daf, et
le passage au peigne fin de ses effets personnels, le Daf
a été invité au secrétariat du Directeur général pour
recevoir une demande d’explication suivie d’une
décision de suspension des ses fonctions.
C’est sans succès que nous avons essayé de joindre au
téléphone, le Directeur général pour obtenir sa version
des faits. Rendu au service de la réception de la Bvmac,

notre reporter se voit informer que le Dg est en
congé. Affaire à suivre !

MAIRIE DE DOUALA 2eme : AMELIORATION DES RECETTES

Previous article

NGONDO 2022 : KOD’A MBOA

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

More in Economie