Actualité

DEMARRAGE DE LA PHASE 2 DU PROJET ACSER

0

 

«Il est question à travers cette deuxième phase de pérenniser l’action»

Coordinatrice du projet des Ambassadeurs de la circulation et de la sécurité routière, (Ascer), Mme Arlette Alemoka présente la deuxième phase de ce projet qui se veut durable.

Qu’est-ce-qui justifie la présence de la police Municipale au Rond-point Deïdo ce matin ?

La police municipale est Rond-point Deïdo pour fluidifier la circulation, rappeler aux usagers  le code de la route afin qu’il soit respecté, les aider à traverser la route au niveau des passages cloutés par exemple. Elle est appuyée par les Ambassadeurs de la circulation et de la sécurité routière. Ce sont des jeunes qui ont été formés au secourisme et à la sécurité routière pour guider les usagers de la route, leur montrer effectivement  où traverser, où marcher ; parce que enfin de compte il est question de restituer le trottoir aux piétons afin que ceux ci  puissent jouir des espaces qui leur sont dédiés, donc que les commerçants libèrent.

Concrètement comment se fait le déploiement de ces ambassadeurs sur le terrain et quels sont les effectifs ?

Nous avons pour l’instant quarante ambassadeurs encadrés par une dizaine de leaders de mototaxis issus de tous les arrondissements. Parce que, nous nous  sommes rendues compte que ce sont ces conducteurs de moto très souvent, qui sont à l’origine du désordre urbain, parce qu’ils se garent de façon anarchique dans les carrefours. Et pour fluidifier  la circulation et ces carrefours, il faut encadrer les conducteurs de mototaxis. Etant donné que c’est un projet participatif, il est question d’intégrer les acteurs  à sa réussite de ce projet. Les ambassadeurs sont encadrés par les leaders de motos. Ils sont déployés dans les carrefours, où il y a plus de congestion. Ils persuadent  les motos de ne pas se garer à des lieux interdits. Ils orientent également les usagers à aller prendre les taxis ou les motos aux endroits autorisés.

Pour finir, serait-ce une tâche ponctuelle ou bien elle sera permanente ?

Nous sommes à la seconde phase du projet. Lors de la première phase, le Rond-point Deïdo était le centre pilote et le lieu d’expérimentation mais l’importance de ces Ambassadeurs s’est vite faite remarquée après la première phase. Il est donc question à travers cette deuxième phase de pérenniser l’action et nous comptons sur le sens civique et la collaboration de tous.

Propos recueillis par DIM DIM   

RAOUL KWAMEN MBIADA , COMME UN APATRIDE

Previous article

DOUALA LE 2 eme FORUM ECONOMIQUE PREND SES MARQUES

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Actualité