ici la cité

RAOUL KWAMEN MBIADA , COMME UN APATRIDE

0
Sale temps donc pour ce citoyen qui vit la page la plus difficile de sa vie. Traqué au Nord-ouest par les Amba-Boys, Il est aussi persona non grata auprès des siens à cause de ses préférences sexuelles.
Nous sommes le vendredi 9 juin 2017, la ville de Bamenda vit sous la peur et l’incertitude à cause de la difficile situation d’insécurité. Une situation devenue le quotidien des populations qui vivent sous une peur permanente. Personne ne sait par quel bout marché dans la ville. Le danger est partout. Et ce jour justement, Kwamen Biada, sorti pour s’offrir quelques réserves alimentaires, tombe sur un moto-taximan qui joue les bons samaritains, propose de le conduire en aller et retour. C’était mal connaitre ce qui l’attendait. Le jeune de 35 ans révolus, est tombé sur le piège des sécessionnistes qui sont à la recherche des combattants, le conduisent en lieu sûr avec pour objectif, l’enrôler dans les actions armées.
Deux jours dans les camps d’entrainement, il est reconnu par un des gars qui soufflent au « Commandant du camp » que la nouvelle recrue «is homosexual», traduction, «c’est un homosexuel». Raoul Kwamen Biada est donc sauvagement tabassé et n’aura la vie sauve que grâce à une fausse alerte des forces de défense. Dans la débande, il réussit à fuir, retrouvant un petit village. Juste le temps de retrouver son domicile et prendre les petits effets, parce que ne pouvant plus rester à Bamenda. «ces Amba-boys, une fois que tu as été entre les mains, si tu ne quittes pas la ville, ils vont te retrouver et te tuer. J’ai suivi le même sort», expliques Yves Bassong, rencontré au hasard à Douala pendant notre enquête.
Parti donc pour Bamenda par contrainte, fuyant la grande famille décidée d’en découdre avec un frère qui, selon les témoignages, «a refusé la femme qu’on avait choisie pour elle, pour aller suivre Satan en allant se mettre avec les autres hommes. Raoul est pédé, et c’est une grosse honte pour notre famille. Il ne peut pas nous faire ça. Avec toutes les femmes qu’il y a dans la ville et au village, lui il choisit de coucher avec les garçons seulement, c’est trop grave tout de même, vous ne trouvez pas monsieur le journaliste ? Si on le trouve, ce sera une autre affaire», a déclaré HDM,  des initiales d’emprunt pour désigner un des frères de Kwamen Biada.
Rencontré dans une cachette, Raoul Kwamen Biada n’a pas voulu s’étaler longtemps sur le sujet. Il nous a dit tout simplement assumer ses choix : « mes parents lancé une chasse à l’homme. Ils sont décidés de m’enterrer vivant. Et je ne peux non plus me plaindre à la police au risque de compliquer davantage ma situation. Je cherche d’autres issues, m’installer hors du pays si jamais ne je trouvais une opportunité. Je préfère mourir loin d’eux. Mais personne ne me choisira ma vie sexuelle », nous-a-t-il répondu en nous priant de ne pas dévoiler le lieu de la rencontre.
Il faut tout de même préciser que Raoul est gardé par une connaissance qui a souhaité garder l’anonymat.
Affaire à suivre.
F.T. source: Lne…

2 EME EDITION DE DOUALA FOOT DAY

Previous article

DEMARRAGE DE LA PHASE 2 DU PROJET ACSER

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in ici la cité