ActualitéIci Les Cités

Eneo happé en plein  « vol »

0

A eneo,  Il y a de l’électricité  dans  l’air.   De nombreuses agences  à Douala  sont  bondées,  depuis quelques jours  de clients en furie. Leurs problèmes : le  montant  excessif  des quittances.    Il s’est  envolé   inexplicablement, passant du simple au double, voire plus,  chez    certains consommateurs qui n’entendent plus se laisser faire.   Car  un contentieux chez   eneo, ça  ne se termine presque jamais à l’avantage du client. Votre quittance est anormalement  élevé  et pour cela  vous vous rendez à enéo pour  comprendre,   on vous fait savoir que  vous devez payer d’abord et de philosopher ensuite. C’est la réponse  invariable donnée  à ceux qui ont la prétention de comprendre.

Quand ils ne payent pas,  eneo ne  passe pas  par   quatre chemins …. Il coupe ! Implacablement. N’allez pas chercher à la Nasa pourquoi  des  compatriotes (exacerbés)  prennent le risque d’aller   directement  à Song loulou (branchement  clandestin)  se brancher. Il y a certes des  gens  en situation d’insolvabilité chronique, d’autres  malheureusement  ne  sont   que victimes des contentieux qui  se terminent en leur défaveur.  Sans qu’ils soient forcément coupables.

Imaginez,   Jean-Pierre, ouvrier d’usine  est « coupé » pour n’avoir pas pu  payer une quittance mensuelle « surestimée » à  180 000F qui lui a été servie. Pour  gérer sa famille, nourrir sa  ribambelle  d’enfants,  il   ne compte que  sur son salaire, à peine 60 000F  et les revenues  issues de la vente du Foléré ( jus d’oseille)  et de Njidja ( boisson locale faite à base de gingembres)   que  son épouse fait à la maison.  « Maintenant  Il fait comment ? »

« Surestimation » c’est le concept magique que l’entreprise de distribution  de l’énergie a encore voulu appliquer pour  gruger  les camerounais.   Coronavirus en a été  le prétexte tout  trouvé pour leur servir des quittances astronomiques.  « Covid 19 : enéo limite les visites des  releveurs chez vous »,  tel  est l’intitulé de la scabreuse campagne  lancée au début du mois de mai et  qui fonde enéo à changer  unilatéralement la périodicité  de la   relève   des index.

Des relèves mensuelles,   eneo est passé aux   relèves  d’index des compteurs une fois tous les deux mois.  N’ayant pas tenu compte  de la variabilité  du  coût du kilowatt selon  les différentes tranches, elle-même   déterminée en fonction du niveau  de  consommation du client, ce changement,  (en plus des  rajouts injustifiés)  a  produit des factures explosives,  sans lien  pour la plupart avec   la réalité de la  consommation .  Face aux cris stridents des usagers, le régulateur, Arsel  qui joue souvent au malin a réagi  cette fois,  presque convenablement.

Covid 19 : eneo limite les visites des  releveurs chez vous »

D’abord en  dénonçant la  campagne sus-évoquée : elle n’a pas fait l’objet de son approbation, ensuite elle n’est pas conforme  « aux dispositions de l’article 7 de l’arrêté   portant approbation  du règlement  de distribution publique d’électricité   qui définit les conditions de facturation et de payement.  Arsel ne  s’est  pas limitée à désapprouver, elle a exigé « la suspension de  l’opération d’estimation systématique  des index aux motifs  du Covid 19 et de procéder  à la relève des indexes en vue de corriger  les factures servies aux consommateurs au cours du mois de  mai 2020».

Avant cette sortie du régulateur,  les agents eneo  avaient déjà  commencé,  avec l’arrogance dont-ils sont coutumiers,  à demander aux clients abusés  d’aller  payer d’abord et  de faire ensuite  une requête. Une ritournelle bien connue des usagers.   Ça n’a pas marché pour une  fois. eneo  a été happé en plein « vol » par le gendarme du secteur  de l’énergie.

N’ayant déjà pas bonne presse dans l’opinion et pressé de toute part, il  s’est vu contraint   finalement d’abandonner  sa campagne de « surestimation.»  Mieux, il  tente  depuis lors de faire les yeux  doux aux consommateurs  (toujours irrités malgré la réaction de Arsel)  à  qui il propose désormais  « Un nouveau départ ».  C’est le slogan qui remplace la    « surestimation »   lequel a trainé et continue à  trainer proprement l’image de cette entreprise dans la gadoue.

En plus du repli,  eneo  doit faire  les corrections nécessaires pour espérer  que son opération de charme puisse produire le moindre effet.

Covid-19: La mairie de Douala lance une campagne d’orientation des populations sur les centres de dépistage gratuit

Previous article

Douala 4: la mairie détruit les constructions anarchiques pour assainir Bonaberi

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

More in Actualité