Actualité

LUTTE CONTRE LA VENTE DE FAUX MÉDICAMENTS : UNE VASTE CAMPAGNE DE RÉPRESSION ANNONCEE DANS LES PROCHAINS JOURS PAR LE MINISTRE DE LA SANTÉ PUBLIQUE, MANAOUDA MALACHIE

0

Le membre du gouvernement était face à la presse ce 1er novembre à Yaoundé. Objectif de la conférence de presse , faire le point des actions entreprises jusqu’ici par l’État du Cameroun, pour éradiquer le fléau.

 » Le bon médicament se trouve uniquement à la pharmacie , et non dans la rue « . C’est en ces termes que le ministre de la santé publique, le Dr MANAOUDA MALACHIE, s’est exprimé, face à l’ampleur du fléau qui gangrène notre société, et ce malgré les multiples campagnes de sensibilisation des masses, face aux effets néfastes, de la consommation de faux médicaments sur la santé humaine. le patron de la santé publique camerounaise a plu que jamais souligné l’urgence de passer à la phase répressive, en vue d’une réforme du secteur de la vente des produits pharmaceutiques au Cameroun :  » il est urgent de poursuivre et amplifier la répression si nous voulons protéger et préserver la santé de nos compatriotes des conséquences fâcheuses des faux médicaments  » a t’il déclaré.

LES ACTIONS MENÉES PAR LE GOUVERNEMENT CAMEROUNAIS POUR ÉRADIQUER CONTRE LA VENTE ILLICITE DES PRODUITS PHARMACEUTIQUES : parmi celles entreprises jusqu’ici , figures en bonne place la mise sur pied de l’opération de répression via le comité multinational et multisectoriel de la lutte contre le trafic illicite des produits pharmaceutiques et qui à ce jour a permis la saisie et la destruction de plusieurs stocks de médicaments contrefaits tel que le souligne MANAOUDA MALACHIE :  » 206 saisies- destruction ont été faites au courant de l’année 2021 avec une valeur estimée à environ 4milliards de FCFA contre une valeur de stock de médicaments détruits en 2020 et évalué à 688 , millions de FCFA.  » 150 poursuites judiciaires ont également été enregistrées au courant de la même année de même qu’une dizaine de personnes ayant écopé des condamnations de 30 jours à 2ans de prison avec sursis, y compris des amendes. A t’il ajouté. Toujours dans le cadre du renforcement de cette lutte, d’autres actions à court et à moyen terme sont envisagées par le gouvernement à savoir : l’organisation des vastes campagnes de sensibilisation, la signature d’une convention de collaboration avec l’association des communes et villes unies du Cameroun, pour la fermeture systématique des boutiques de vente de faux médicaments et en fin, la mise en place de l’Agence Nationale du médicament au Cameroun. Pour mieux aider le gouvernement dans sa quête, les populations sont appelées à la dénonciation des contrevenants auprès des forces de maintient de l’ordre et de sécurité. Car comme le stipule le code pénal camerounais dans son article 258, est puni d’un emprisonnement de 3mois à 3ans et d’une amende de 1 à 3 millions de FCFA toute personne qui opère dans la vente illégale des médicaments. À titre d’information la dite conférence de presse était consécutive à la journée Africaine de lutte contre le faux médicament célébrée le 12 0ctobre dernier sous le thème :  » Élever les voix pour lutter contre le faux médicament « .

HERMANCE NTSAMA.

CUD : LES CTD AU COEUR DES POLITIQUES CULTURELLES

Previous article

NKONGSAMBA : LE GROUPE EYANGO BUSINESS ET LA FONDATION TRUTH TO POWER POUR LA REINSERTION SOCIO-ECONOMIQUE DES DETENUS

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

More in Actualité