ActualitéIci Les Cités

Port obligatoire des masques : Douala se défait de son étiquette

0
Vue du rond point Ndokoti.

Généralement considéré comme un nomansland, cette ville où les populations sont souvent taxées de frondeuses, a surpris plus d’un, en se mettant au pas.

Douala, le bon élève inattendu. Ainsi pourrait t-on qualifier la réponse que les habitants de la cité capitale économique, ont donné ce matin en arborant fièrement leur masque sans y être forcés.

Du carrefour Ndokoti, en passant Agip, marché Mboppi, carrefour deux église Akwa, douche municipale, le constat heureux est quasi le même. Les Doualais sont cachés sous leur masque.

Tradex Ndokoti, Douala – Cameroun

Ils respectent ainsi, l’une des sept dernières mesures complémentaires, prises par le premier ministre chef du gouvernement, à l’issue des travaux du comité interministériel, du 09 avril dernier à Yaoundé. Une décision qui invitait alors les camerounais dès ce lundi 13 avril 2020, au port systématique des masques, dans tous les espaces ouverts au public.

Cette décision du premier ministre dont le suivi incombe aux gouverneurs des régions prévoit pour tout contrevenant, des sanctions selon la réglementation en vigueur.

Une mise en garde qui n’a pas assez effrayé, certaines brebis galeuses insouciantes, qui déambulaient sans masque.

En rappel, au cours de la dernière réunion du comité interministériel au front contre le covid-19 présidée par Joseph DION NGUTE, le 09 avril 2020, par vidéo conférence, il avait été décidé de :

la généralisation du port du masque à compter du lundi 13 avril 2020 dans tous les espaces ouverts au public ». Le ministre de l’Industrie, des mines et des industries animales devra publier les normes et spécifications techniques en vue de la production massive et locale desdits masques.

Le comité interministériel chargé de suivre et d’évaluer la mise en œuvre de la stratégie gouvernementale de riposte contre le coronavirus a également adopté la production locale des médicaments, des tests de dépistage, des masques de protection et des gels hydroalcooliques par les institutions nationales compétentes sous la responsabilité du ministère de la Recherche scientifique et de l’innovation (MINRESI) en relation avec le ministère de la Santé publique (MINSANTE).

Le gouvernement camerounais entend également mettre sur pied des centres spécialisés des traitements des patients du covid-19 dans tous les chefs-lieux de régions suivant le modèle des hôpitaux de campagne, pour accueillir des malades en cas de pic de l’épidémie et permettre ainsi aux hôpitaux de fonctionner normalement.

L’intensification de la campagne de dépistage du covid-19 avec la collaboration du centre pasteur, de ses démembrements et des autres institutions sanitaires appropriées font partie des nouvelles mesures du gouvernement, qui veut ainsi mettre un accent sur les foyers de contaminations déjà identifiés.

En fin, le gouvernement va intensifier les campagnes de sensibilisation contre le coronavirus dans les villes et les campagnes, aussi bien dans les deux langues officielles (français et anglais) que dans les langues locales. Cette tâche revient au ministère de la Communication qui devra s’entourer des autorités administratives, municipales, traditionnelles et religieuses.

Elthon Djeutcha

Lutte contre la covid-19 : les associations humanitaires au chevet de la cité.

Previous article

Infos covid-19 : le NOSO se contente du « réchauffé »

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

More in Actualité