Actualité

PROJET GARDEN COMMUNITY 1 DE YASSA : LA MISE AU POINT DE LA PROMOTRICE BRIGITTE SOPPO NGALLE

0
 

A la suite de la publication dans les médias d’un certain nombre d’informations erronées au sujet du supposé retard enregistré dans le cadre des négociations relatives au règlement, par le gouvernement, de la crise opposant les acquéreurs du Projet Garden Community I, Yassa-Douala, à l’entreprise Southwest International Construction Corporation (SICC), la promotrice Brigitte Soppo Ngalle a apporté des clarifications. Elle était face à la presse le 25 août 2022 dans les locaux de la SICC (Bonaberi-Douala).

A l’en croire, il s’est tenu le 15 février 2018, dans les services du gouverneur de la région du Littoral, une réunion à l’issue de laquelle une solution concertée avait été trouvée par toutes les parties;  «Avec comme conclusion la compensation par dation en terrain (sur le site du projet). La compensation par dation est un mécanisme qui permet de compenser les avances faites par les clients via l’acquisition d’une parcelle de terrain. Il convient de relever que sur cette base, plusieurs clients (acquéreurs), étant d’accord sur le principe, ont entamé la construction de leurs logements. Et à ce jour, nous comptons une quarantaine de logements déjà érigés et habités».

Le projet n’est pas bloqué

Contrairement à ce qui est avancé par certains clients qui parlent d’arnaque, d’escroquerie, et de blocage du projet, la SICC affirme le contraire et demande aux plaignants de se calmer. «Nous sommes passés de la construction d’un domaine à la remise de terrains complètement viabilisés à nos clients. Nous avons trouvé en 2018 avec le collectif et les clients, le gouvernement, le crédit foncier, un accord sur la dation des terrains. C’est-à-dire que nous sommes en train de mettre sur pied la procédure de la dation», explique Brigitte Soppo Ngalle.

Elle a poursuivi en indiquant que la procédure est entamée, qu’elle continue à être travaillée et que: «d’ici peu, nous allons nous en sortir». Pour reprendre ses mots, la promotrice de la SICC souligne que “dation” consiste: «vous me réclamez de l’argent, j’ai un terrain que je vous donne en compensation et qui a une valeur. Il fallait donc d’abord  qu’on sache quelle est la valeur au mètre carré de terrain. L’expert que le Minhdu avait eu à commettre a déposé un rapport en janvier 2019 faisant état du prix au mètre carré». Selon cette dernière, le prix de vente des terrains de compensation retenu par le Minhdu se situe entre 70 000 et 80 000 Francs CFA  par mètre carré. Elle assure qu’«il n’y a pas de blocage» et signale que des propositions ont été déposées auprès du Minhdu et attendent que le ministre convoque Southwest International Construction Corporation et les acquéreurs pour finaliser le processus de compensation.

«Nous sommes vers la fin de ce problème. La seule chose qui me fait mal est que les clients m’ont laissé ici à Douala pour aller faire une conférence à Yaoundé et évoquer des points qui n’ont plus lieu d’être. Il n’y a jamais eu d’escroquerie sur ce projet. Nous avons dépassé ce problème depuis 2017», soutient mordicus Brigitte Soppo Ngalle.

Linda Mbiapa


OLYMPIADE NATIONALE DE LA ROBOTIQUE : DOUALA ACCEUILLE LA PREMIERE EDITION

Previous article

L ‘ACTIVITE DE DEPOTAGE DANS LA VILLE DE DOUALA DEJA SUR LES RAILS.

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Actualité