ActualitéLoisir

Quand la sous – consommation du Bip devient endémique

0

Alors que l’enveloppe consacrée au budget d’investissement public augmente progressivement en volume depuis plus d’une décennie, le niveau de consommation de ce budget décroit parallèlement d’année en année. Fait étonnant dans un pays aux besoins aussi urgents qu’énormes et où il existe des localités qui ne disposent toujours pas en 2018 des moindres services sociaux de base.

Le  Budget d’investissement  public  (BIP) pour l’exercice 2011 était de 677 milliards de FCfa. Il est passé à 792,2 milliards de FCfa en 2012, 1246 milliards de FCfa en

2015, 1525 milliards de FCfa en 2016. Il a atteint  les  sommets  en  2017  avec une dotation globale de 1 586 milliards de Fcfa. Les statistiques officielles indiquent que ce budget,  qui  ne  représentait que 18% de l’enveloppe budgétaire nationale en 2010, culmine désormais à 36% depuis 2016, soit

une progression de près de 20% sur une période de 6 ans

La hausse constante des montants alloués au Bip traduit a priori la volonté du gouvernement de répondre aux besoins  du Cameroun en matière d’investissement et d’améliorer par conséquent des conditions de vie des citoyens.      Le faible taux d’exécution de ce budget (systématiquement en deçà des prévisions) contraste toutefois avec cette noble ambition.   Au premier trimestre 2018 par exemple, le budget d’investissement public n’a été exécuté qu’à 38% contre 54% l’année précédente à la même période soit une baisse de 14 points.

On dira que l’argent collecté auprès des contribuables n’a pu être dépensé pour améliorer l’éclairage public ou débarrasser les villes des montagnes d’immondices qui s’y amoncellent. On n’a pas « réussi » à l’investir dans la construction des centres  de  santé  pour  réduire le  taux  de  prévalence  du paludisme ou des maladies diarrhéiques dans quelques-uns de ces nombreuses localités sinistrées du pays où aller à l’hôpital est une affaire de riches. Pas besoin d’avoir fait des thèses de doctorat pour comprendre que si vous disposez de la ressource pour réaliser des projets et que vous ne l’utilisez pas ou n’utilisez que très peu, vous vous retrouvez au finish, avec des projets non réalisés et des ressources non consommées. Curieusement, en votant la prochaine loi de finances, on ne dira rien des fonds non dépensés de l’exerce précédent.

« L’argent des projets abreuve les réseaux obscurs de la corruption »

Le cirque dure depuis des années : on vote le budget, on alloue à l’investissement public des moyens qui ne sont que très peu utilisés, c’est cela la sous – consommation du Bip. Elle s’observe tant au plan national qu’au niveau des collectivités locales dont beaucoup préfèrent généralement retourner les ressources (parfois plus de la moitié), plutôt que d’investir dans les projets de développement. Effaré par cette incongruité, un journaliste de la Lettre de la bourse (100e édition)  soutenait  avec  emphase : « nous  payons  chaque année toujours plus d’argent. Il sert forcément à abreuver les réseaux de la corruption. Si les ressources disponibles, auxquelles il faut ajouter l’aide multilatérale, étaient dépensées pour le développement du Cameroun, le curseur de l’émergence ne serait pas à l’horizon 2035, il serait beaucoup plus proche. »

Soulignons que l’investissement public a connu une forte chute entre 2016 et 2017, passant de 15 à 6%, selon un rapport de l’Institut national de la statistique (Ins)

Curieusement, en votant la prochaine loi de finances, on ne dira rien des fonds non dépensés de l’exerce précédent.

Quel rôle doit jouer la commune dans le parachèvement de la décentralisation ?

Previous article

Commune de Douala 3 Le RDPC reprend le contrôle en élisant Valentin Epoupa Bossambo à la tête de l’exécutif

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Actualité