ActualitéIci Les Cités

Non respect du port de masque à Kribi : facture salée pour les têtus

0

Face au constat  du relâchement des populations   dans l’observance des mesures barrières contre  le Covid 19, les autorités   locales à Kribi  appliquent désormais  la répression.

Une équipe d’agents communaux épaulés par les forces de sécurité arpentent  les artères de la ville et les  lieux publics depuis quelques  jours à Kribi   pour traquer  les personnes qui ne respectent pas les mesures barrières notamment  le port des masques.   Dans les  gares  routières, les  bars, les marchés, le contrôle est stricte, plus question d’être dehors sans son  masque.  Les motos-men  n’y échappent pas,  conducteurs et clients doivent  être en règle, sinon c’est la sanction.

Tout contrevenant  interpellé  est contraint  de payer,   séance tenante,   une amende de 2000F.  Naturellement,  l’opération  ne se déroulement pas sans  heurt.  Si certains payent, bien sûr  à leur corps défendant,  d’autres  tentent de résister…   la résistance   tourne souvent  à  des scènes   époustouflantes  de course  poursuite entre   policiers et  usagers.

La décision   de  passer en force a été prise  de commun accord entre le maire Emmanuel Sabinkanda  et  le sénateur du  coin   Grégoire  Mba  Mba.  Puisque le Covid 19 pose un problème de santé publique, il est de la responsabilité  des autorités de protéger la population même en faisant recours  à la force déclare le magistrat municipal.

Dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Corona  virus,   le ministre  de la décentralisation et du développement local a publié  en 24 heures deux textes   contradictoire relatif aux sanctions   pour non respect du port de  masque.  Amateurisme ? impréparation ?

Dans une  note datant du 13 mai 2020, le  ministre      a demandé  en effet aux préfets d’inviter  les maires des communes à prendre par   arrêté municipal,   toutes mesures jugées utiles  en vue de sanctionner le non respect du port  des masques par les populations.     Les contrevenants à cette mesure barrière    doivent payer  une sanction comprise  entre  500 et 2000Fcfa  et d’après le texte ministériel,   il appartiendra à chaque Conseil  municipal de décider par vote le  montant  à payer à.

Le 14 mai un MESSAGE-fax  les invitait à suspendre les sanctions.

Douala : Roger Mbassa Ndine, le maire de la ville, lance la campagne de régularisation des constructions érigées sans permis de construire

Previous article

Prime de véhicules aux députés : pourquoi s’offusque-t-on ?

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

More in Actualité