politique

VILLE DE DOUALA, LES POPULATIONS DANS L’ATTENTE

0

Alors  qu’il entame la 3ème année de sa mandature à la tête de la Ville de Douala avec un  budget  de plus de  58 milliards  pour l’année  2022, les citadins en disant merci, en redemandent aussi.

Trois ans  déjà  que Dr. Roger Mbassa Ndinè est à la tête de la Ville de Douala. A son arrivée en 2020, les populations de la ville portuaire l’accueillent avec bonheur, voire avec soulagement. En effet, les populations de Douala avaient soif d’une nouvelle dynamique. Dr. Roger Mbassa Ndinè, l’homme nouveau aux idées novatrices semble répondre alors au profil recherché. Il est à leurs yeux l’incarnation du changement et de l’espoir. L’espoir de vivre enfin dans une ville avec de meilleures conditions de vie ; bref, une métropole où il fait bon vivre. Le Maire de la Ville en a d’ailleurs fait son principal challenge, qu’il rappelle à chaque occasion.

Des réformes visibles, mais…

Alors qu’il entame la 3ème année de sa mandature, avec un  budget de 58 milliards 920 millions Fcfa pour l’année 2022, une lecture rétrospective de l’action à mi-parcours du Maire de la Ville affiche dans le registre des réalisations : l’aménagement des voiries, comme thérapie aux importants embouteillages qui compliquaient la circulation dans  la ville (avec  traitement des points critiques tel que Rond-point Deido–Carrefour  Ndokoti) ; l’élaboration d’un plan d’urgence et son exécution progressive (calibrage des drains et curage des caniveaux pour lutter contre les inondations, éclairage public, etc.) ; la  mise sur pied d’un nouvel organigramme de l’institution qu’il dirige, un acte de rupture, du moins une réforme  nécessaire à la gestion efficace de la Communauté Urbaine de Douala.

Ce changement selon l’édile de Douala traduit sa volonté « de rationaliser la structuration des services de la CUD pour en améliorer la performance générale, notamment la qualité des services rendus aux populations». Dans le même esprit, il nomme de nouveaux régisseurs  pour la gestion des équipements marchands après avoir réussi à organiser des élections libres pour le choix des membres des Comités de gestions qu’ils institue dans les marchés. Une bonne option pour d’abord contenir la corruption qui gangrène le milieu et en briser ensuite la chaine de contamination.

C’est pourtant ce dernier point de l’organigramme qui demeure encore le talon d’Achille de l’action du Maire de la Ville. C’est à croire que certains de ses collaborateurs ne souhaitent pas le voir réussir dans la mission que lui ont confiée les populations de Douala.

Comment comprendre en effet que le Maire de la Ville, dans ses différentes sorties souhaite voir la chaîne des finances de la CUD faciliter le traitement des dossiers et le payement des factures dans les quarante-cinq jours suivant la livraison, et que certains fournisseurs parmi les plus fidèles de l’Institution attendent encore parfois plus de six mois le règlement de leurs factures ?

Les populations sont dans l’attente de l’amélioration de leurs conditions de vie. C’est aussi une promesse et une volonté du Maire de la Ville. Cela doit devenir une exigence du personnel de l’institution ! Car, plus vite les prestataires sont satisfaits, plus ils seront prêts à s’engager pour servir la Ville, et plus vite les conditions d’existence urbaine seront améliorées.

Hugo TOBBO

 

 » SAVE THE DATE « 

Previous article

EDUCATION DE BASE :le syndicat des fondateurs du secteur privé prépare sa 10eme assemblée générale

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.